Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /



Epoque des capétiens : Hugues Capet (roi de France (987-996) . Paris devient, sans conteste, la capitale du royaume; les rois y résident officiellement et, à dater de Hugues Capet, adoptent l'abbaye voisine de Saint-Denis comme lieu de leur sépulture.

Au XIIè siècle, une administration municipale commence à se définir nettement, et des privilèges lui sont accordés par la royauté. La Cité devint insuffisante à contenir le nombre des habitants, et aussi bien sur la rive gauche, du côté de la place Maubert et de l'abbaye de Saint-Victor, fondée par Louis VI
(
1081-1137), que sur la rive droite, des groupements de population se firent, chaque année, plus denses.

Sous Louis VII une enceinte protégea ces faubourgs de la rive droite, et probablement aussi ceux de la rive gauche.

Le règne de Philippe Auguste vit le pavage des rues principales de la ville, le commencement des travaux du Louvre, l'achèvement de Notre-Dame et la construction d'une nouvelle enceinte, dont les points extrêmes étaient, au Nord, la rue Etienne-Marcel; à l'Est, l'église Saint-Paul et le pont de la Tournelle; au Sud, le sommet de le montagne Sainte-Geneviève, et à l'Ouest, le Louvre et la place des Victoires.

Saint Louis dota Paris de son Université, la Sorbonne; il régla définitivement les attributions du prévôt des marchands et du prévôt de Paris et fit élever la Sainte-Chapelle.

Charles V recula l'enceinte de la rive droite jusqu'aux grands boulevards actuels. Il fit construire la Bastille, constitua l'hôtel Saint-Paul et acheva le Louvre féodal.

 Le règne de Charles VI est l'un des plus déplorables dans les annales parisiennes.  La trahison de Perrinet Leclerc livra Paris en 1418 aux Bourguignons, alliés aux Anglais, et, peu après, la capitale de la France devint aussi celle des rois d'Angleterre Henri V et Henri VICharles VII ne put rentrer dans sa bonne, mais infidèle ville qu'en 1436.

 La fin du XVe siècle est marquée par la construction du charmant hôtel des abbés de Cluny (auj. musée de Cluny) et la chute du pont Notre-Dame en 1499.



De 1500 à la Révolution


François Ier, fonda le Collège de France, ordonna la construction ou l'agrandissement de l'Hôtel de Ville, du Louvre, des églises Saint-Eustache et Saint-Etienne-du-Mont.


Catherine de Médicis fait entreprendre la construction des Tuileries, terminées seulement sous le règne de Louis XIV et brûlées en 1871.


Henri IV. Sous le règne de celui-ci s'élevèrent le Pont-Neuf, la grande façade du Louvre sur le bord de l'eau, la place Royale (auj. Place des Vosges).

 

De 1643 à 1652, pendant la Fronde, beaucoup de sang fut versé dans les rues de Paris et tout alentour.

Louis XIV en garda rancune à la capitale, car il n'y voulut jamais résider; mais il tint à s'y faire représenter par des monuments dignes de sa vanité. Nous citerons la colonnade du Louvre de Perrault. les places Vendôme et des Victoires, le pont Royal, les portes Saint-Denis et Saint-Martin, la fondation de l'Observatoire, des Invalides et de la manufacture des Gobelins, l'institution des académies des sciences, des inscriptions et belles-lettres, de peinture et d'architecture.

Durant son règne débute le nettoiement, éclairage et pavage des rues, la mise en circulation de voitures publiques, les carrosses à cinq sols inventés par Pascal, ancêtres des omnibus. 


Au temps de Louis XV appartient la construction achevée, ou entreprise, de l'Ecole de droit, de la nouvelle église Sainte-Geneviève (Panthéon), de la Madeleine, de l'hôtel des Monnaies, de l'admirable place de la Concorde, c'est-à-dire des deux magnifiques palais bâtis par Gabriel, de l'Ecole militaire, de la Halle au blé, plus tard remplacée par la Bourse de commerce.

La convocation des états généraux eut pour effet de donner à Paris une nouvelle division administrative, qui aboutit à la constitution des sections de la commune.

 


De la Révolution à 1900


La Révolution vit s'achever l'enceinte dite « des Fermiers généraux » , qui avait été commencée sous Louis XVI, et dont le circuit correspond à ce qu'on appelle aujourd'hui les boulevards extérieurs.

Dès 1790, il avait été décidé que tous les territoires situés au delà de ces boulevards appartiendraient aux communes suburbaines auxquelles ils étaient contigus. A la division en quarante-huit sections, le Directoire substitua celle des douze arrondissements municipaux, qui devait subsister jusqu'en 1860. Peu après, la Constitution de l'an VIII dota la capitale de l'organisation préfectorale actuelle, préfecture de la Seine et préfecture de police.

 

Du règne de Napoléon datent la Bourse (Palais Brongniart), la colonne Vendôme, les arcs de triomphe de l'Etoile et du Carrousel, une partie de la rue de Rivoli, les ponts d'Austerlitz et d'Iéna, les canaux Saint-Martin et Saint-Denis, les cimetières du Père-Lachaise et Montmartre


La Restauration n'a procuré à Paris que quelques églises d'une architecture médiocre. De ce temps date encore la construction du pont des Invalides. Louis-Philippe s'intéressa d'ailleurs beaucoup à Paris. A lui et à ses ministres appartient le mérite d'avoir donné à la capitale ses fortifications, des chemins de fer, les ponts du Carrousel, Louis-Philippe et de l'Archevêché, les statues des colonnes de la place du Trône (place de la Nation), l'obélisque de Louqsor (Place de la Concorde), la colonne de Juillet (Place de la Bastille), etc.

Napoléon III et ses conseillers eurent une grande part dans l'embellissement et la prospérité de la capitale.

Le préfet de la Seine, Haussmann, secondé par Belgrand et Alphand, transforma réellement la ville, y perçant de larges voies, rendant la circulation aisée et offrant de grandioses perspectives : la rue de Rivoli, les boulevards de Strasbourg, Sébastopol, Saint-Michel, Malesherbes, du Prince-Eugène (Voltaire, Haussmann, Saint-Germain (en partie), les rues des Halles, Turbigo, de Rennes, etc.

Les bois de Boulogne et de Vincennes, le parc Monceau furent aménagés. La construction du Grand Opéra (1862-1875) fut commencée par Ch. Garnier. Le Louvre fut considérablement agrandi.

A dater du 1er janvier 1860, les territoires des communes suburbaines situés entre l'enceinte des fortifications et celle des Fermiers généraux furent annexés à la capitale, qui compta désormais vingt arrondissements. Les parcs des Buttes-Chaumont et de Montsouris furent créés dans cette nouvelle périphérie.


Pendant la troisième République, les monuments détruits par la Commune ont été en partie reconstruits, d'autres se sont élevés : l'Hôtel de Ville, le palais du Trocadéro, la nouvelle Sorbonne, l'église du Sacré-Coeur, le Grand Palais et le Petit Palais, les ponts Mirabeau et Alexandre-III, plusieurs gares terminus, etc.; les quartiers ont été embellis; trois brillantes Expositions universelles (1878, 1889, 1900) ont été l'occasion de nouveaux embellissements. C'est pour  l'exposition de 1889 (centenaire de la Révolution) que fut construite la Tour Eiffel.



Source principale (Paris des origines à la fin du XIXè s. : extraits du site d'Imago Mundi

***


Au XXè siècle

 

Fin de la Première guerre mondiale. Les fortifications sont largement anachroniques, elles ont prouvé leur inefficacité devant les canons. Elles sont rasées. Paris devient définitivement une ville ouverte vers sa banlieue.

 


En 1939, la seconde guerre mondiale commence. Pendant les 9 premiers mois du conflit, la France et l'Allemagne s'observent. Ce qui donne le temps de protéger les monuments de Paris et leurs collections. Les Allemands entrent dans Paris le 14 juin 1940.

Trois jours après, le Maréchal Pétain demande l'armistice.

Entre 1940 et 1944, Paris est donc occupé par les Allemands.


L'Occupation est pour Paris une période de stagnation, il n'y a aucune création dans la ville.

En août 1944, pendant la libération de la France par les forces alliées, la ville se soulève pour se libérer.

La division blindée dirigée par le général Leclerc est autorisée par les Alliés à rejoindre Paris, ce qui décide de l'issue de la bataille.

 

A l'issue de la guerre, la ville est en plein marasme. La population de la ville a chuté, elle se retrouve au niveau de 1936 et la reconstruction du pays ne permet pas de modification pour Paris avant 1949.

Une crise du logement est latente jusqu'en 1954 parce que le patrimoine immobilier a vieilli pendant la guerre et que la population s'accroît de 600000 personnes entre 1946 et 1954.


En 1954, une grande relance de la construction d'Habitations à Loyer Modéré, désormais appelées les HLM, est opérée en banlieue proche. En ampleur, elle est comparable à ce qu'à réalisé Haussmann. Elle complète aussi son oeuvre puisqu'il n'avait rien fait pour le logement populaire et pour la banlieue.


Cependant , c'est dans les années 1960 que Paris prend le visage d'une métropole internationale. Le 6 août 1960 est adopté le Plan d'Aménagement et D ' Organisation Général de la région parisienne (le PADOG) suivis du Schéma Directeur de 1965.

Ces textes limitent la zone administrative de Paris qu'on appelle " la Région Parisienne", ils prévoient les axes de communication à construire, l'établissement des centres administratifs et d'affaires et ils désignent les zones où les grands équipements doivent être construits en priorité. Huit villes de la Région Parisienne sont créées ou développées pour servir à structurer la Région. Le Schéma Directeur établit les voies de la circulation rapide à Paris.


Pendant les années 1960, Paris se dote d'équipements dignes d'une grande ville moderne ( liaisons autoroutière, Aéroports internationaux d'Orly puis plus tard de Roissy, infrastructures hôtelières) pour répondre aussi à la demande d'un tourisme de masse qui naît en même temps.

***

Le projet de doter Paris d'un grand centre d'affaires et financier à La Défense débute en 1958.

Depuis les années 1920, les bureaux se développent dans Paris où la place manque cruellement. Haussmann n'avait pas prévu de zone particulière pour les activités économiques.

Un premier building en verre, la Tour Montparnasse, est bien inauguré à Paris en 1973. C'est encore aujourd'hui le seul grand building construit à l'intérieur de Paris.

Le plan du projet est adopté en 1968. Le plus grand centre européen de bureau est ainsi construit : une dalle de 40 hectares est créée dans l'axe le plus prestigieux de la capitale, celui des Champs-Elysées. La Grande Arche est inaugurée en 1989.


D'autres projets, le Front de Seine et le Forum des Halles sont bâtis avec le même principe d'étagement des fonctions au cours des années 1970-1980.


Une construction suscite un débat particulier : celle du centre Beaubourg. En 1969 le Président Georges Pompidou, un amateur d'Art Moderne, fait construire en plein centre de Paris un centre d'Art et de Culture d'allure ultra-moderne. Beaubourg ou le Centre Georges Pompidou a été inauguré en 1977. Il a fait scandale à l'époque mais aujourd'hui, c'est l'un des bâtiments de Paris les plus visités.


Le Président François Mitterrand a aussi réalisé plusieurs monument modernes pendant ses 14 ans au pouvoir. Les plus réussis sont ceux qui ont été dessinés à partir d'une forme simple et d' un joli matériau : La Pyramide en verre du Louvre, La Géode au Musée des Sciences et de l'Industrie à la Villette ( une sphère-miroir ), le cube évidé de l'Arche de la Défense, l'Institut du Monde Arabe.

D'autres constructions sont plus contestables pour leur esthétique mais pas pour leur fonction: l'Opéra de la Bastille, la Bibliothèque Nationale de France.

 


Principale source (époque du XXè s.) : extraits du site parirama.com.
NB : les extraits présentés sur cette page le sont pour un usage uniquement personnel.


Pour aller plus loin :

- Sélection de sites du guideduparisien.com
Ce site présente notamment les sites suivants : Gallica, Paris pittoresque, Linternaute Histoire de Paris
p. 5bis du blog "parispratique"

 






Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de Maya
  • Le blog de Maya
  • : Informations utiles sur la ville de Paris (Lire à Paris, Sorties, Paris gratuit, Paris bio, parcs & jardins, visites virtuelles, pages pratiques...)
  • Contact

Profil

  • Maya
  • Ancienne provinciale, j'ai peu à peu découvert la capitale, à la manière d'une touriste mais aussi d'une habitante de la ville.
  • Ancienne provinciale, j'ai peu à peu découvert la capitale, à la manière d'une touriste mais aussi d'une habitante de la ville.

Recherche

Archives

Catégories