Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

présentation du site de paris.fr :


"On a souvent tendance à les oublier ou à les négliger, pourtant les musées municipaux de Paris recèlent des richesses.

Ces musées sont ouverts, sauf exceptions, du mardi au dimanche de 10h à 18h00.
ils sont fermés les lundis et jours fériés. Expos permanentes gratuites"


Mon avis :

 

Si l'on souhaite visiter gratuitement ces musées, penser à les contacter au préalable, afin de s'assurer que le musée n'est pas rendu payant du fait de la tenue d'une exposition temporaire. Ce conseil, qui m'a été donné récemment par une gardienne d'un de ces musées municipaux de la Ville de Paris, est surtout valable pour les petits musées (comme celui du musée Bourdelle, du musée Zadkine, etc.).

 

 

NB : La présentation de ces musées municipaux, sauf indication contraire, est celle du site de paris.fr

 

 

Crédits

 

Musée d'art moderne de la Ville de Paris

11, avenue du Président Wilson - Paris 16e

Situé dans le palais de Tokyo construit pour l'exposition internationale de 1937, le musée a été inauguré en 1961. Ses collections, riche

s de plus de 8000 oeuvres illustrent différents courants de l'art du XXème siècle.

Expositions sur les grands mouvements et les artistes marquants de la scène européenne du XXème siècle mais aussi expositions monographiques et thématiques présentent les principales tendances de l'art d'aujourd'hui.

www.mam.paris.fr

 

[16/07/2009]

 

 

 

Crédits

 

Petit Palais - musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris

Avenue Winston Churchill - Paris 8e

 
Pour vous accueillir : un musée entièrement rénové, alliant modernité et esprit 1900 et une nouvelle présentation des collections dans des espaces rendus à la lumière. Sans oublier un charmant jardin intérieur, avec ses bassins bordés de mosaïques et ses colonnades, sur lequel s'ouvre un café-restaurant.

 

 

 

Un musée au coeur de la ville, nouveau lieu de l'art, de la créativité et de la convivialité

» Le Petit Palais en images

www.petitpalais.paris.fr

 

[09/07/2009]

 

 

 

Crédits

 

Musée Carnavalet - histoire de Paris

Hôtel Carnavalet
23, rue de Sévigné - Paris 3e
 
En plein cœur du Marais, non loin de la place des Vosges, le musée Carnavalet abrite la mémoire de Paris.
Cet imposant ensemble architectural articulé autour de deux célèbres hôtels des XVIe et XVIIe siècles, respectivement, l’hôtel Carnavalet et l’hôtel Le Peletier de Saint-Fargeau,

offre un parcours de plus de 100 salles consacrées à l’histoire de Paris, des origines à nos jours. Le musée Carnavalet présente des collections d’une grande diversité où se côtoient vestiges archéologiques, vues du Paris d’autrefois, maquettes de monuments anciens, enseignes, ensembles décoratifs provenant d’édifices disparus, scènes historiques ou anecdotiques, portraits de Parisiens illustres, souvenirs d’hommes célèbres ou témoignages de la vie quotidienne, ainsi qu’un ensemble unique sur la période révolutionnaire. Outre les collections exposées en permanence, le musée conserve également une collection d’arts graphiques – riche d’importants fonds de dessins, estampes, photographies et affiches – ainsi qu’un remarquable cabinet de numismatique, tous deux accessibles sur rendez-vous.

www.carnavalet.paris.fr

 

Mon avis : Un musée que j'ai beaucoup apprécié, au fond riche (une après-midi suffit difficilement à faire le tour du musée). Une manière intéressante d'aller à la découverte de l'histoire de la capitale. Notamment de belles maquettes anciennnes.

 

[16/07/2009]

 

 

 

 

Crédits

 

Musée Cernuschi - musée des arts de l'Asie de la Ville de Paris

7, avenue Vélasquez (accès par le 111-113, bd Malesherbes) - Paris 8e

Le musée Cernuschi, inauguré en 1898, est l’un des plus anciens musées de la Ville de Paris. Deuxième musée d’art asiatique en France et cinquième musée d’art chinois en Europe, il jouit d’un statut international que peu d’institutions muséales de la Ville de Paris possèdent.

Sa fréquentation, d’environ 60 000 visiteurs par an, le place au sixième rang des musées municipaux. Situé dans un bâtiment original et charmant conçu par son fondateur Henri Cernuschi (1821-1896) à l’orée du Parc Monceau, le musée propose à ses visiteurs une promenade esthétique de haute qualité à travers l’art chinois, des origines au XIVe siècle. La collection comporte plusieurs chefs-d’oeuvre d’un niveau mondial.

www.cernuschi.paris.fr

 

[09/07/2009]

 

 

 

Crédits

 

Maison de Victor Hugo

6, place des Vosges - Paris 4e
Et Hauteville House à Guernesey

 

Les maisons de Victor Hugo

 

La Ville de Paris conserve les deux lieux où Victor Hugo vécut le plus longtemps.

L'appartement situé au deuxième étage de l'Hôtel de Rohan Guéménée, place des Vosges à Paris qu'il loua pendant seize ans (de 1832 à 1848), et Hauteville House, seule maison acquise où il vécut quinze ans de l'exil à Guernesey (de 1856 à 1870).

Le musée de la place des Vosges fut fondé en 1902, année du centenaire de la naissance de Victor Hugo, à l'initiative de Paul Meurice (1818-1905), ami de longue date, ardent défenseur de Hugo et de son oeuvre, et grâce à l'importante donation qu'il fit alors à la Ville de Paris. Premier musée monographique et littéraire, la Maison de Victor Hugo recèle le fonds d'oeuvres graphiques et de manuscrits de Victor Hugo le plus important avec celui de la Bibliothèque nationale de France.

www.musee-hugo.paris.fr

 

[09/07/2009]

 

 

 

Crédits

 

Mémorial du maréchal Leclerc de Hauteclocque et de la Libération de Paris - Musée Jean Moulin

23, allée de la 2e D.B. - Jardin Atlantique (au-dessus de la gare Montparnasse) - Paris 15e

Inaugurés en 1994, au cœur de Montparnasse, le Mémorial du maréchal Leclerc de Hauteclocque et de la Libération de Paris et le Musée Jean Moulin retracent l’action de deux figures emblématiques de la Seconde Guerre mondiale, l’un Français libre, l’autre Résistant. Servi par une muséographie contemporaine, leur parcours est présenté dans le contexte extérieur de la Seconde Guerre mondiale et dans la France des années noires. Un  mur d’images constitué d’archives audiovisuelles plonge le visiteur dans le Paris occupé, le Paris insurgé et enfin le Paris libéré.

www.ml-leclerc-moulin.paris.fr

 

[09/07/2009]

 

 

 

 

 

 

Crédits

 

Musée de la vie romantique

Hôtel Scheffer-Renan - 16, rue Chaptal - Paris 9e

Au coeur du quartier de la nouvelle Athènes, le numéro 16 de la rue Chaptal, dans le IXe arrondissement, connu sous le nom d'hôtel Scheffer Renan, abrite depuis 1987 le musée de la Vie Romantique.

Le nom de "Nouvelle Athènes" a été donné par Dureau de la Malle (le 18 octobre 1823), journaliste au Journal des Débats, à un lotissement entrepris au XIXe siècle dans l'ancien quartier des Porcherons; quartier des guinguettes et des cabarets au milieu des champs et des vergers. Ce nom fait référence à la grécomanie ambiante.

C'est dans cet ensemble homogène d'immeubles bâtis entre 1820 et 1850 que choisit de vivre un grand nombre d'écrivains, d'acteurs, de musiciens et de peintres qui formèrent l'élite du mouvement romantique parisien.

La maison du peintre Ary Scheffer, foyer d'inspiration et cénacle romantique dans les années 1830, ouvre aujourd'hui ses portes afin d'accueillir les souvenirs de l'artiste et de son amie et voisine, la romancière George Sand.

www.vie-romantique.paris.fr

 

[09/07/2009]

 

 

 

 

Crédits

 

Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris, est actuellement fermé au public jusqu'en 2013 pour travaux de sécurité.

10, avenue Pierre-Ier-de-Serbie - Paris 16e

Le palais Galliera, un écrin architectural. A deux pas des plus prestigieuses vitrines de la couture, le musée Galliera est installé dans un palais d'inspiration Renaissance, agrémenté d'un jardin. Construit à la fin du XIXe siècle, ce beau monument en pierre cache une structure métallique conçue par l'agence de Gustave Eiffel. Si sa vocation première était d'abriter la collection privée de Marie Brignole-Sale, duchesse de Galliera, l'histoire en décida autrement. Achevé en 1894, après la disparition de la duchesse dont les sculptures, peintures et objets précieux partent pour Gênes, sa ville natale, le bâtiment est légué à la Ville de Paris. Ce n'est que bien plus tard, après maintes péripéties, qu'il deviendra en 1977 un musée consacré à la mode.

www.galliera.paris.fr

 

[12/10/2009]

 

 

 

Crédits

 

Musée Cognacq-Jay, musée du XVIIIe siècle

8, rue Elzévir - Paris 3e

 La collection du musée Cognacq-Jay a été réunie entre 1900 et 1925 par l'homme d'affaires Ernest Cognacq et son épouse Marie-Louise Jay. Fondateur des grands magasins de la Samaritaine, le couple consacra une partie de sa fortune à acheter des œuvres et des objets d'art, avec une prédilection pour le XVIIIe siècle français. A sa mort (1928), Ernest Cognacq fit don de cette collection à la Ville de Paris.
Le musée présente un ensemble de peintures et de sculptures de qualité où les grands artistes (Lemoyne, Chardin, Fragonard) voisinent avec des maîtres moins connus (Lavreince, Saly). Des boiseries, des meubles et des objets d'art décoratif évoquent le cadre de vie de la société élégante.
Autrefois présentés sur les grands boulevards, à l'ombre de la "Samaritaine de luxe", ces témoignages d'un XVIIIe siècle familier et gracieux ont été transférés en 1990 dans le cadre intime d'un vieil hôtel du Marais, autrefois propriété de la famille Donon.

www.cognacq-jay.paris.fr

 

[09/07/2009]

 

 

 

Crédits

 

Les Catacombes

1, avenue du Colonel Henri Rol-Tanguy - Paris 14e

 

L’origine des Catacombes de Paris (qu’il vaudrait mieux appeler «ossuaire municipal») remonte à la fin du XVIIIe siècle.

Le cimetière des Innocents (près de Saint-Eustache, dans le quartier des Halles) avait été en usage pendant près de dix siècles et était devenu un foyer d’infection pour tous les habitants du quartier. Après de multiples plaintes, le Conseil d’État, par arrêt du 9 novembre 1785, prononça la suppression et l’évacuation du cimetière des Innocents.

Ce sont d’anciennes carrières qui furent choisies pour déposer les ossements ; la Ville de Paris venait en effet de se doter d’une inspection générale des Carrières dont le rôle était la consolidation des voies publiques minées par les carrières. Les carrières « de la Tombe-Issoire » furent l’objet de travaux comprenant une grande part de maçonnerie et de soutènement de galeries, complétés par le creusement d’un escalier flanqué d’un puit pour déverser les ossements.

La translation des restes put commencer après la bénédiction et la consécration du lieu le 7 avril 1786 et se continua jusqu’en 1788, toujours à la tombée de la nuit et selon un cérémonial constitué d’une procession de prêtres en surplis qui chantaient l’office des morts le long du trajet emprunté par les tombereaux chargés d’ossements et recouverts d’un voile noir. Par la suite, ce site allait, jusqu’en 1814, recueillir les ossements de tous les cimetières de Paris.

Dès leur création, les Catacombes suscitèrent la curiosité. En 1787, le Comte d’Artois, futur Charles X, y descendit en compagnie de dames de la Cour. L’année suivante, on mentionne la visite de Madame de Polignac et Madame de Guiche. En 1814, François 1er, empereur d’Autriche, résidant en vainqueur à Paris les visita. En 1860, Napoléon III y descendit avec son fils.

Les Catacombes de Paris ont rouvert le 14 juin 2005 après plusieurs mois de fermeture pour travaux. L’éclairage a été révisé, les voûtes ont été consolidées et les murs d’ossements remontés.

Consulter la page dédiée aux Catacombes

 

[09/07/2009]

 

 

 

Crédits

 

Maison de Balzac

47, rue Raynouard - Paris 16e

Nichée sur les coteaux de Passy, la Maison de Balzac est la seule des demeures parisiennes du romancier qui subsiste aujourd'hui. C'est dans le cabinet de travail que Balzac a corrigé, de 1840 à 1847, l'ensemble de La Comédie Humaine et a écrit quelques-uns de ses chefs d'oeuvre. Le musée présente des souvenirs personnels de Balzac, des tableaux, gravures et objets relatifs à ses proches et à ses contemporains, ainsi qu'un grand nombre d'éditions originales, manuscrits et illustrations.

www.balzac.paris.fr

 

[09/07/2009]

 

 

 

Crédits

 

Musée Bourdelle

16, rue Antoine-Bourdelle - Paris 15e

Dans les jardins et les ateliers où Antoine Bourdelle (1861-1929) a vécu et travaillé, le musée Bourdelle abrite un ensemble exceptionnel de plâtres, de bronzes et de marbres de celui qui fut le praticien de Rodin,

le maître de Giacometti, de Germaine Richier et de Vieira da Silva. L'extension réalisée en 1992 par Christian de Portzamparc donne toute sa dimension à l'œuvre du sculpteur.
Depuis 2004, le musée accueille la création contemporaine : "Luciano Fabro Musée Bourdelle Convivio" ; Claude Rutault "les toiles et l'archer" ; Didier Vermeiren "Solides Géométriques, Vues d'atelier " ; "Felice Varini au 18, rue Antoine Bourdelle" ; "Laurent Pariente" ; "Sarkis Inclinaison"; Alain Séchas "Rêve brisé" ; Gloria Friedmann "Lune rousse".

www.bourdelle.paris.fr

Mon avis : j'ai beaucoup apprécié ce musée et la manière dont sont exposées les oeuvres du sculpteur.


 

[09/07/2009]

 

 

 

Crédits

 

Musée Zadkine

100 bis, rue d’Assas - Paris 6e

A proximité du jardin du Luxembourg, le musée Zadkine, niché dans la verdure de son jardin peuplé de sculptures, abrite la maison et les ateliers où Ossip Zadkine (1890-1967) sculpteur d'origine russe, vécut et travailla de 1928 à sa mort en 1967.

Arrivé à Paris en 1909, il devient rapidement l'une des figures majeures du célèbre mouvement artistique d'avant-garde "l'Ecole de Paris".

La collection du musée, est riche de plus de 400 sculptures, autant d'oeuvres sur papier, gouaches, dessins et photographies documentaires.

Le musée présente une sélection d'oeuvres qui illustrent toutes les périodes de création de l’artiste. Du «primitivisme» des premières sculptures taillées dans le bois ou la pierre, à la géométrie rigoureuse du cubisme, des lignes fluides d’un néoclassicisme revisité au lyrisme des dernières années,  son œuvre témoigne d’une liberté et d’une vitalité inépuisables.

» Vues du musée Zadkine et de son jardin 

www.zadkine.paris.fr

 

Mon avis : Un joli petit musée, en particulier pour les amateurs de sculpture contenporaine.

 

 

[09/07/2009]

 

 

 

Crédits

 

Crypte archéologique du parvis de Notre-Dame

Place Jean-Paul II - Parvis de Notre-Dame - Paris 1er

Aménagée en 1980 sous le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris, la Crypte offre un panorama unique sur l’évolution urbaine et architecturale de l’île de la Cité, cœur historique de Paris.
En découvrant les bâtiments qui se sont succédé sur le site, de l’Antiquité au XXe siècle, le visiteur remonte le fil du temps. Quai du port de l’antique Lutèce, établissement de bains publics gallo-romain, mur d’enceinte du début du IVe siècle, sous-sol de l’ancienne chapelle de l’Hôtel-Dieu, restes médiévaux de la rue Neuve Notre-Dame, fondations de l’Hospice des Enfants-Trouvés, tracés des égouts haussmanniens : le passé, antique, médiéval et classique, revit.
Ranimant la mémoire d’un des plus anciens quartiers parisiens, la Crypte montre comment la ville, depuis plus de deux mille ans, n’a cessé de se reconstruire sur elle-même.


Consulter la page dédiée à la crypte archéologique

 

[09/07/2009]

 

 

 

Crédits

 

Tous les musées de Paris

136 musées et 70 sites culturels proposent à l’année leurs collections permanentes et/ou des expositions temporaires. Une offre culturelle riche et variée qui invite le public à découvrir la création sous toutes ses formes, depuis les arts premiers aux œuvres d’avant-garde...

» Consulter la liste des musées non municipaux

[16/07/2009]

 

 



 

p. 5bis du blog "parispratique"

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de Maya
  • Le blog de Maya
  • : Informations utiles sur la ville de Paris (Lire à Paris, Sorties, Paris gratuit, Paris bio, parcs & jardins, visites virtuelles, pages pratiques...)
  • Contact

Profil

  • Maya
  • Ancienne provinciale, j'ai peu à peu découvert la capitale, à la manière d'une touriste mais aussi d'une habitante de la ville.
  • Ancienne provinciale, j'ai peu à peu découvert la capitale, à la manière d'une touriste mais aussi d'une habitante de la ville.

Recherche

Archives

Catégories